fbpx

Le cheval au quotidien

Pourquoi abreuver avant de nourrir ?

Le cheval ne peut ni vomir ni éructer, l’aliment ayant une capacité d’imbibition forte, en se gonflant d’eau peut entraîner des distensions gastriques douloureuses.

C’est pour cette raison que votre cheval doit en permanence avoir à sa disposition de l’eau propre à volonté et à température ambiante (environ 15°C). Un cheval de 500 kg consomme en conditions « normales » 30 à 40 litres d’eau par jour.

Quelle quantité de fourrages faut-il distribuer ?

Sur litière paille, nous conseillons un apport minimal d’1 kg de fourrage de qualité pour 100kg de poids vif, soit 5 kg minimum pour un cheval de 500 kg.

Sur litière copeaux, nous recommandons d’augmenter les apports en fourrages à hauteur d’1.5 kg pour 100 kg de poids vif, soit 7.5 kg minimum pour un cheval de 500 kg.

Pourquoi fractionner les repas ?

L’estomac du cheval ne possédant qu’une faible contenance (15 à 18 litres), il est primordial de veiller à la quantité d’aliments apportée par repas. En effet, la distribution de repas trop volumineux peut submerger les capacités digestives du cheval se traduisant par un afflux vers le gros intestin à l’origine de risques possibles de coliques. Nous préconisons un fractionnement idéalement étalé sur 3 repas par jour, à horaire fixe, ainsi qu’une quantité distribuée ne dépassant pas 2 kg d’aliments par repas.

En parallèle, nous conseillons de ne pas dépasser un apport de 120g d’amidon par repas pour 100 kg de poids vif. Ces recommandations permettront de limiter l’acidité dans l’estomac ainsi que les résidus d’amidon arrivant dans le gros intestin (préservation de la flore cellulolytique).

Pourquoi réaliser une transition alimentaire et comment l’effectuer ?

Une transition alimentaire est indispensable pour ne pas perturber la flore intestinale de votre cheval. Pour cela nous vous conseillons de la faire sur 10 jours étant donné que 4 à 5 jours sont nécessaires pour l’adaptation enzymatique et une dizaine de jours pour l’adaptation microbienne. Pendant cette période, vous passerez progressivement d’un aliment à l’autre pour une transition en douceur.

Combien de temps attendre après un repas pour travailler un cheval ?

Cette question se pose seulement en cas d’effort intense où là, il faut attendre la vidange de l’estomac afin de ne pas diminuer l’amplitude respiratoire et de libérer le sang retenu autour du tube digestif. Nous préconisons ainsi de distribuer la ration d’aliments au minimum 2 à 3 heures avant un travail important.

Autres conseils pratiques

Au-delà de toutes ces bonnes pratiques énumérées ci-dessus, veillez également à effectuer, un contrôle régulier de la dentition de votre cheval (au moins une fois par an) et une vermifugation adaptée et régulière selon les recommandations de votre vétérinaire.

Nous préconisons également de laisser à disposition une pierre à sel et insistons sur le contrôle quotidien qui doit être effectué concernant l’état des mangeoires et des abreuvoirs (propreté). Cette surveillance journalière a respectivement comme objectif de vérifier l’appétit du cheval au niveau de la mangeoire mais aussi de détecter tout dysfonctionnement au niveau de l’abreuvoir pouvant bloquer l’arrivée d’eau.

Concernant l’aliment, il devra être stocké à l’abri de l’humidité, de la chaleur et de la lumière et en cas de présence d’un silo d’aliment sur la structure, il est recommandé de le vidanger et de le nettoyer régulièrement (au moins deux fois par an).